Salut les camarades. - 136.7 ko
Salut les camarades.

2005-2006

Cette année à Marseille, marque sans nul doute, un retours à la photographie réaliste dite de témoignage. Ce retour à la plaque brute est marqué par des prises de vue spécifiquement réalisée en extérieur.Ici, nul influence dans la composition seulement des émotions faites de rencontres, avec les hommes et les lieux, à suspendre dans le temps. Du fait d’un isolement sociale, et de mon incapacité à m’intégrer à la population marseillaise, je fis un voyage dans mon monde intérieur qui fut extrêmement douloureux. isolé du jeu parisien, qui nous plonge dans l’illusion du bonheur, je passai des journée entière sur les rocher des digues, à regarder les vagues venir se fendre dessus, à grand fracas.Psychologiquement ce fut une année de grande dépression. Trois siècles auparavant Marseille avait été marqué par la peste ravageuse qui tua des millier de gens, jusque sur les terres de Provence. ce fut la faute de quelques négociants véreux, qui tronquant les permis de navigation, purent faire rentrer dans la ville des ballot de soie venu de Syrie, infesté de puces du rat. aujourd’hui, la peste avait disparu mais les escrocs et les rats demeuraient encore dans la ville, jusqu’à la racine des dirigeants politiques. Sur le quai du vieux port, on peut lire sur une plaque de fonte incrusté dans le sol "ici est nait la civilisation" ; je me plaisais à dire au marseillais nombrilisme et chauvin "ici est nait la civilisation, mais elle n’a fait que passer. Elle n’est pas resté dans votre ville..."

Jonathan Abbou 2006©
Tous droits réservés

Website by Vibrisse...

-