Luce en danaé, mars 2006 - 169.4 ko
Luce en danaé, mars 2006 Emulsion liquide, colorisation, acrylique, pastel d’or

2006-2009

Cette période est sans nul doute marquée par le courant sécessionniste viennois (1892 à 1906.). comme vous pourrez le constater, c’est une interprétation de Danaé de klimt, qui ouvre la voix. Le travail de klimt, bien qu’il emploie a outrance le motif décoratif, est d’une grande ingeniosité, dans sa recherche à rester dans deux dimensions. L’on ne peut observer cela que durant la période du haut moyennage, où soit-disant, les artistes ne connaissaient pas la perspective et la mise en volume. Je pense que les artistes du Moyen âge faisait cela délibérément, répondant à un courant stylistique de l’époque car, bien entendu, la perspective existe depuis toujours. En témoignera les peintures de la grotte de chauvet !! idem pour Klimt, qui aimait "aplatir" la réalité, en appliquant de la peinture sur ses toiles, sans chercher le reliefs, donnant ainsi à ses personnages une dimension iconoclaste, en référence aux saintes représentations moyennageuses. L’on ne peut en faire l’économie dans cette réflexion. Le mouvement sécessionniste puise aussi ses sources de l’éstampe japonaise. Le sujet de forme se détache parfaitement du fond, et cela est du aux contraintes de la gravure sur bois pour réaliser ces estampes. C’est en fait un peu tout cela qui m’a influencé dans la réalisation du travail de cette période . j’ai fait usage de la dorure sur tirage argentique, de l’acrylique, ainsi que de toutes techniques qui me permettaient de sortir du relief intrinsèque à la photographie.

Jonathan Abbou 2006©
Tous droits réservés

Website by Vibrisse...

-